• De Hat pak meng plage à Satun

    Nous quittons notre petit coin de paradis bien malgré nous, nous n'avions pas fini de tester toute la carte du bon petit restaurant de bord de mer que nous aimions!

    De Hat pak meng plage à Satun

    Les premiers km sont super, la route longe la plage et nous assistons au départ des pêcheurs pour la mer. Ici le crabe est frais (et très bon)!

    Après même pas une petite heure, voilà que la route est complètement bloquée par des travaux, impossible de passer. On nous indique un vague contournement, mais avec les asiatiques on se méfie car ils ne comptent pas les km comme nous: "oui, il faut rebrousser chemin puis prendre à droite, ce n'est pas très long ça fait 50km de détour à tout casser!". On a du mal a trouver la voie car la signalisation est inexistante et les gens du coin ne parlent pas du tout anglais ici. Une paysanne court vers nous pour nous aider, bien heureusement. On se fait donc 10 km de piste à travers la forêt locale replantée avant de reprendre une petite route qui nous ramène sur la bonne voie.

    De Hat pak meng plage à Satun

    1h de perdue et 20km dans le vent...mais on a pu découvrir la campagne thai loin des gros axes. On continue, nous profitons de ces trop rares moments de calme sur une route thaïlandaise. Enfin, pas trop calme non plus, il y a toujours quelques chiens à bastonner pour rompre l'ennui! Aujourd'hui l'orientation est cependant difficile, les bras de mer qui rentrent en profondeur dans les terres ont complexifie le réseau routier, il n'y a aucun panneau directionnel et aucune bornes sur le bas côté de la route. Notre carte est trop imprécise pour nous situer avec précision, pour la première fois je suis bien content de pouvoir utiliser le GPS avec la cartographie openstreetmap qui nous fait économiser de précieux km. Ça ne nous empêchera pas de passer une bonne partie de la matinée à faire du VTT sur des routes non pavées. 

    Pour compenser, les gens sont extrêmement gentils sur le bord de la route et ça fait du bien au moral. 

    En fin de matinée nous finissons enfin par rejoindre la route 404, mais seulement 70km au compteur, bouh! C'est donc sous un gros soleil que nous roulerons l'après midi. Sur la route, nous croisons une voiture enroulée autour d'un arbre et un vélo plié par terre - avec une bonne petite marre de sang au sol. Le combat 4x4 / vélo est malheureusement joué d'avance... L'occasion pour nous de se rappeler que le port du casque même s'il est extrêmement contraignant par ce climat infernal - et qu'il nous fait passer pour des clowns - peut sauver la vie. Nous continuons notre route sous les "hello" des habitants jusque la grosse ville du coin sur notre carte, Palian. 1ere surprise, la ville n'est pas à l'intersection mais quelques km plus loin. 2ème surprise, c'est un bled paumé et pas du tout une ville! On rebrousse chemin, encore des km de perdus- merci la carte! On s'arrêtera dans une ville quelconque peu après la bifurcation de Palian, dans un bungalow. 130km au compteur, mais à peine 100 sur la carte. Grrrr, on ne le sait pas encore mais ce retard va nous coûter cher!

    Voilà à quoi ressemble une ville thai ordinaire: une 2x2 voies au centre, toute en longueur

    De Hat pak meng plage à Satun

     Pour se remettre de nos émotions on se prend encore un super repas sur le marché, mon dieu que c'est bon la cuisine thaïe! Avant de nous coucher je prend quand même le temps de dégager le serpent qui se balade tranquillement au milieu de la pièce, il n'est pas content.

    De Hat pak meng plage à Satun

    Mon bâton à chien est vraiment très utile, ça marche aussi pour tenir les rampants hors de portée...

     

    Le lendemain matin on se lève avec l'objectif de prendre le bateau de 16h pour langkawi depuis satun, un poste frontière maritime entre la Thaïlande et la malaisie. Pas de chance, on a notre 1ere crevaison depuis le début du parcours! 1 en 4000km, ça va encore... Il s'avère que nos nouveaux pneus ont une gomme tendre, ils n'ont pas du tout aimé le vtt de la veille. Bande de roulement abîmée, un petit trou dans le pneu avant d'ariane qui a fini en crevaison. Je répare le pneu et la chambre, on repart. 6km plus loin, le même pneu est à nouveau à plat... Soit ariane a re-crevé, soit j'ai loupé un 2ème trou lors de la réparation. Assez perdu de temps, je change toute la chambre et on repart. 

    La route est belle et calme, mais c'est encore une 2x2 voie. Le midi on s'arrête dans un énième bouiboui, avec des gens très gentils qui nous posent toujours plein de questions sur notre voyage à vélo. On aura droit à la traditionnelle séance photo, les asiatiques aiment vraiment ça! Personnellement ça nous fait toujours plaisir de partager un bon moment avec des personnes croisées en chemin. L'heure tourne, c'est pas le tout mais on a un bateau à prendre! On pédale encore et toujours sous le cagnard, on n'a pas idée de vivre dans des endroits pareils. J'en suis là de mes réflexions quand nous croisons à une intersection un couple en side car qui va vendre ses produits sur le marché. Un grand hello et un grand sourire, beaucoup de gentillesse dans le regard. 2 min plus tard le side car monte à notre hauteur, la fille nous met 2 jus de fruits fait maison d'office dans la main, le tout en pédalant! Ravitaillement de course, génial! Un petit geste de la main et le couple bifurque sur l'entrée du marché... C'est le genre de truc qui me bouleverse à chaque fois: on ne connaît pas ces gens, ils ne nous connaissent pas et l'on ne se reverra jamais. Nous sommes 2 pimpins à pédaler au milieu de nul part, juste pour notre plaisir personnel, on ne défend rien ni aucune cause. Et pourtant, nous croisons toutes ces personnes emplies de gentillesse et de bienveillance qui nous offrent à boire et à manger gratuitement, comme ça. C'est vraiment quelque chose à vivre... La chose est d'autant plus saisissante que depuis 2 jours nous sommes dans le sud profond de la Thaïlande, classé rouge par le ministère des affaires étrangères: zone terroriste, tout séjour y est absolument déconseillé. Cette région est peuplée à 90% de musulmans, je pense que ce sont les personnes les plus gentilles que nous ayons croisé en Thaïlande! Il est vrai qu'il y a eu des attentats et des morts (des allumés veulent créer un sultanat indépendant de la thailande), c'etait cependant plus à l'est de notre position. Bref, on ne s'attendait pas à un tel accueil! 

    Du coup pause fraîcheur pour profiter de notre jus frais - un délice par cette chaleur- que l'on aurait jamais goûté si on ne nous l'avait pas offert, mais tout est fait pour nous retarder aujourd'hui! Arrivés à Satun, on met le turbo pour atteindre le port à temps, encore 10km de mangrove. Nous arrivons à 15h30, encore 30 min avant le départ. C'etait sans compter sur le ramadan, il n'y a plus que 2 bateaux par jour! Arghhhhh! Si on n'avait pas crevé ou si on n'avait pas eu les travaux la veille, c'était bon! On retourne à satun pour dormir. On donne nos derniers coups de pédales sous l'appel à la prière chanté par le muezzin, comme souvent ces derniers jours. Même si l'intrusion sonore est bien présente (pour un non musulman), le chant est toujours beau et ça dépayse comme il faut... Encore 130km et on ne sera pas à langkawi ce soir là, zut! Que croyez vous qu'il se passa? Et bien comme toujours, on continue à tester la nourriture thaïe comme il se doit avec tout notre coeur (et notre estomac). On aura encore droit au muezzin qui chante sur le marché mais cette fois ci à 20h, les musulmans peuvent commencer à manger!

    De Hat pak meng plage à Satun


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :